Basilique de la Nativité, Bethléem, Palestine

La Basilique de la Nativité à Bethléem, Palestine, érigée au IVe siècle (327-333) par l’empereur romain Constantin 1er, est l’une des plus vieilles églises du monde, bâtie sur le lieu présumé de la naissance du Jésus de Nazareth. La basilique actuelle a été reconstruite, dans sa forme actuelle, en 565 par l’empereur Justinien qui a fait ériger un édifice plus grand en allongeant la neuf et en ajoutant des transepts. Elle a souffert plusieurs problèmes de conservation et changements à travers les années et aussi beaucoup de restaurations mais sont état actuel a besoin de manutention et restauration immédiate. Actuellement, elle est administrée conjointement par l’Église orthodoxe de Jérusalem (qui possède la partie principale de la basilique et aussi l’autel de la Nativité dans la grotte), l’Église catholique et l’Église apostolique arménienne (à qui appartient l’étoile d’argent située sous l’autel de la Nativité). La rivalité fanatique sur le contrôle spatial et temporel du sanctuaire cause des conflits dont les plus graves éclatent lors des cérémonies solennelles impliquant la participation concomitante de plusieurs Églises. Dans la Place de la Nativité, on y trouve le clocher du monastère arménien en avant-plan et le campanile du monastère grec orthodoxe en arrière-plan. La basilique fait partie d’un vaste complexe monumental qui couvre presque 12,000 m2 qui comprend les monastères latin (au nord), grec orthodoxe (au sud-est, dont le cimetière longe le collatéral sud de la basilique), arménien (au sud-ouest) et l’église catholique de Sainte-Catherine-d’Alexandrie avec des oratoires et hôtels aux alentours pour accueillir les pèlerins. L’ensemble architectural basilical actuel est une combinaison des deux églises et d’une crypte – la grotte de la Nativité – où Jésus a vu le jour, selon la tradition. On y trouve juste une porte d’entrée, la Porte de l’Humilité, qui originairement était beaucoup plus grande mais qui a été réduite à travers le temps. La clé de la porte est aux mains des orthodoxes qui l’ouvrent à l’aube et la ferment vingt minutes avant le coucher du soleil. Le plan de l’église est celle d’une basilique romaine classique. À l’intérieur on y trouve du calcaire rose de Bethléem, du marbre blanc, beaucoup de fresques, des mosaïques byzantines, de lampes éternelles suspendues, bref différents détails qui montrent aussi les différentes religions et cultures qui sont passées au long des années. Les escaliers de chaque côté du sanctuaire permettent d’accéder à la Grotte par des marches irrégulières.

Conseils

Les croyants se réunissent le soir de Noël sur la place de la Mangeoire pour chanter des chants de Noël, en attendant la messe de minuit mais elle a lieu à des dates différentes selon les croyances.
Dans l’une des colonnes à l’intérieur, vous trouverez quatre trous en forme de croix où les visiteurs ont l’habitude de placer leurs doigts car selon la croyance, Marie a posé sa main là donc les vœux issues de leurs prières à la Vierge, pourront être réalisés.

 

Église de Saint-Constantin et Sainte-Hélène, Plovdiv, Bulgarie

L’église de Saint-Constantin et Sainte-Hélène est un des plus anciens temples chrétiens de Plovdiv, située sur un site qui abritait un sanctuaire chrétien déjà au début du IVe siècle. Elle est sur le rempart de l’Acropole, au centre de la vieille ville. Les martyrs Severian et Memnos ont été décapités en 304 (au lieu où se trouve l’église) à cause de leur religion chrétienne. Les archéologues soutien que le temple a été construit 30 ans après la mort de martyrs et qu’il portait leur nom. Le nom actuel est dû au moment où l’empereur Constantin fut canonisé comme saint donc ils l’ont changé par son nom et celui de sa mère. Au fils des années le temple a été construit et reconstruit et celui qu’on voit aujourd’hui date de 1832. En 1950, ils ont découvert un ossuaire qui préservait les os de dizaines de générations d’habitants de Plovdiv lors des fouilles. Aujourd’hui ils reposent dans une fosse situé en dessous d’une pierre tombale qui se trouve dans la cour du temple. Cette cour est enceinte d’une muraille solide en pierre qui atteint de 6 à 8 mètres en hauteur et qui est couronné par une corniche massive de briques. Quelques bâtiments supplémentaires dans la cour donnent à l’ensemble un aspect de monastère. L’intérieur à trois nefs avec un plafond voûté d’une extraordinaire richesse. Il y a des peintures murales une iconostase en bois sculpté, des icônes et une chaire en bois sculpté.

Conseils

Si vous visitez l’église sans un tour organisé, profitez pour vous promener dans la vieille ville parce qu’il y a beaucoup de choses à voir, une belle architecture et beaucoup d’histoire.

 

Basilique de la Transfiguration, Mont Thabor, Terre Sainte, Galilée, Israël

La basilique de la Transfiguration est une basilique franciscaine sur le Mont Thabor en Terre Sainte en Galilée, Israël. Elle a été construite avec une orientation vers l’est, en 1924, par les franciscains qui avait déjà le terrain depuis leur installation en 1631, à l’endroit où la tradition chrétienne situe l’événement de la Transfiguration du Christ aux côtés de Moise et du prophète Élie, au bénéfice de Pierre, Jacques et Jean. La basilique est sur les ruines d’une autre église chrétienne qui avait été construite entre le IVe siècle et le VIe siècle mais aussi sur une autre église construite au XIIe siècle, par les croisés. Il y a aussi un couvent franciscain qui a été érigé avec la basilique. Dans les proximités de cette basilique, on y trouve une autre église grecque-orthodoxe qui a été construite en évoquant le même événement de la Transfiguration. Le chemin tracé pour le transport des matériaux nécessaires à la construction, est utilisé aujourd’hui par les pèlerins qui visitent la basilique. L’entrée au site se fait par la porte du Vent ou Bab el-Hawa, ancien vestige de la forteresse musulmane du XIIIe siècle. Le sanctuaire a trois neufs, un grand arc entre les deux tours dans sa façade et des portes en bronze. La nef centrale, est séparée des latérales par des arcs de voûte en plein cintre et donne sur un escalier taillé dans le roc qui descend à la crypte. La scène de la Transfiguration se trouvé représentée au fond, dans le chœur. Vous pouvez aussi voir sur les murs, des restes de la maçonnerie précédente.

Conseils

Du haut du mont, vous pourriez apprécier un magnifique panorama avec les champs cultivés de la plaine d’Esdrelon.