Pétra, Jordanie, Moyen-Orient, Asie

Pétra, de son nom sémitique Reqem ou Raqmu, est une cité nabatéenne préislamique de l’actuelle Jordanie située dans le Wadi Rum, patrimoine mondiale de l’UNESCO. Située à mi-chemin entre le Golfe d’Aqaba et la mer Morte, à 3 heures de route de Amman, la capitale jordanienne. Créée dans l’Antiquité vers la fin du VIIIᵉ siècle av JC. Par les édomites, occupée au VI siècle par les nabatéens qui ont profité de sa position sur la route des caravanes pour transporter l’encens, les épices et d’autres produits précieux, entre l’Égypte, la Syrie, l’Arabie du sud et la Méditerranée que malheureusement, deux siècles plus tard, s’est vue dans l’abandon progressif par ses habitants à cause de séismes et de la modification des routes commerciales. En 1812, l’explorateur suisse Jean Louis Burckhardt redécouvre le site. En 1830, le site devient un lieu de visite, complément de pèlerinages religieux, et source de nombreux profits pour les chefs des tribus alentour.
Les nombreux bâtiments, dont les façades monumentales sont directement taillées dans la roche, en font un ensemble monumental et unique, entouré d’un parc national archéologique.
La situation de Pétra, dissimulée entre des rochers aux parois abruptes et dotée d’un approvisionnement sûr en eau en fait un lieu propice au développement d’une cité prospère. L’endroit n’est accessible que par un étroit sentier montagneux par le nord-ouest ou à l’est par un canyon d’environ 1,5 kilomètre de long et jusqu’à 200 mètres de profondeur, le Sîq, l’accès principal, qui, à son endroit le plus resserré, mesure seulement deux mètres de large. Des installations de collecte et de distribution d’eau destinées à stocker et transporter l’eau en s’affranchissant du relief escarpé sont encore visibles de nos jours.
Le tourisme commence après la Seconde Guerre Mondiale, Auparavant, la ville n’était accessible qu’aux touristes et chercheurs accompagnés de guides locaux et d’escortes armées. Les nomades Bedul habitaient dans les ruines de Pétra jusqu’à 1980; ils sont aujourd’hui guides touristiques ou commerçants établis aux environs. Mais malheureusement, le secteur du tourisme est dépendant de la conjoncture économique et de la stabilité politique de la région.

Conseils

Avant le départ procurez votre visa de tourisme obligatoire à l’ambassade ou consulat ou en arrivant à l’aéroport d’Amman (il faut payer en monnaie locale).
Vous avez un peu plus d’une vingtaine d’hôtels à choisir pour votre visite.
L’entrée au site est payante. Une visite nocturne de Pétra, à la lueur des bougies, est possible pour découvrir la ville sous un autre angle.
L’UNESCO et les autorités déconseillent les promenades offertes à dos d’animaux car la poussière levée par les pas des animaux s’incruste dans les fissures et les recoins du Sîq et des ruines, les endommageant.